L’abaque de Smith : un outil mystérieux ? (MAJ 5)

L’abaque de Smith : un outil mystérieux ? (MAJ 5)

L’abaque de Smith

(MAJ 5)  16e présentations en Power-point disponible

Dans le domaine de la radiofréquence, l’adaptation d’impédance, le rapport d’ondes stationnaires et le coefficient de réflexion sont des notions primordiales pour assurer le maximum de transfert de puissance entre une source et une charge.

Les lignes de transmission sont indispensables pour canaliser l’énergie HF et la véhiculer sur une distance nécessaire par exemple pour le raccordement d’un émetteur à une antenne d’une station radioamateur. La distance, la fréquence et la vitesse de propagation des ondes sont étroitement liées par la notion de longueur d’onde. Les radioamateurs sont bien conscients de toutes ces notions relativement abstraites et en connaissent les applications pratiques pour assurer le fonctionnement optimum d’une station de radio-émission.

Un nouveau projet technique commence en général par un calcul d’ordre de grandeur pour établir des valeurs qui sont compatibles avec celles des composants électroniques à mettre en œuvre. Il est parfois nécessaire de procéder à plusieurs approximations successives pour pouvoir converger vers des résultats pratiques. Afin de garder une vue d’ensemble sur le projet, il est plus commode d’utiliser des abaques pour pouvoir cibler certains choix sans perdre le fil conducteur de ce à quoi nous voulons aboutir. Une fois que les premières valeurs repères sont acquises, il est toujours temps d’affiner certains résultats par un calcul analytique. Trouver un résultat du calcul analytique qui est cohérent avec le résultat qui est issus de l’utilisation d’un abaque contribue à augmenter notre coefficient de certitude sur la validité de ce résultat.

Vous pouvez consulter l’article de l’auteur en cliquant ici

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + 9 =


*